Lettres aux syndicats

JUILLET AOÛT


Par la grève et la manifestation,

le 9 octobre 2018,

mobilisons-nous pour
RAPPELER ET DÉFENDRE NOS REVENDICATIONS.

La politique destructrice de nos acquis et droits collectifs se poursuit méthodiquement. Depuis plusieurs mois, les contres réformes du gouvernement répondent aux demandes de Denis KESSLER, ancien vice-président du Medef et PDG de Scor qui dans un éditorial du journal « Challenge », du 4 octobre 2007, écrivait notamment :

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (…) Il est grand temps de le réformer (…) La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

De quoi s’agit-il ? Tous simplement de détruire point par point notre modèle social républicain basé sur l’égalité entre les travailleurs et la solidarité intergénérationnelle, « tu cotiseras selon tes moyens et tu recevras selon tes besoins ». La suppression des cotisations sociales au profit de l’impôt sonne la fin de la solidarité entre les travailleurs les chômeurs et les retraités. La loi de programmation des finances publiques prévoit au minimum 30 milliards d’euros de dépenses sociales en moins d’ici 2022.

En 2016 et 2017, 33 milliards ont été offert au patronat. En 2018, le CICE leur rapportera plus de 20 milliards. Au 1er janvier 2019, l’allégement permanent des cotisations patronales à la sécurité sociale permettra aux entreprises de récupérer plus de 40 milliards.
Tout cet argent destiné à assurer les droits collectifs et individuels pour les travailleurs, ou vat- il ?

  • A l’investissement ? Il baisse en 2018 ;
  • A la lutte contre le chômage ? Le nombre de chômeurs de catégorie « A » a augmenté au deuxième trimestre ;
  • A l’augmentation des salaires ? Dans notre secteur les augmentations se réduisent comme peau de chagrin alors que l’inflation est repartie.

​C’est au profit des actionnaires, qui ne cessent de progresser, que le salaire différé des salariés est détourné.

En taillant à la hache dans le Code du Travail, en détricotant les Conventions Collectives Nationales pour en faire des coquilles vides et en renvoyant la négociation dans l’entreprise, le Gouvernement a pour objectif de détruire les cadres de négociations collectives au profit du chacun pour soi.

Depuis la mise en place des ordonnances Macron, les employeurs de notre secteur, sous la dictée des financeurs et des actionnaires, s’en sont rapidement emparé pour licencier plus facilement, réduire les droits collectifs, diminuer les droits syndicaux et diminuer les masses salariales.

Face à ces attaques à répétitions et face à une politique qui pénalise les plus faibles et les plus démunis, qui détruit notre Service public républicain, nous devons opposer nos revendications :

  • Augmentation des salaires,
  • Préservation de nos droits conventionnels,
  • Abrogation des lois BACHELOT et TOURRAINE,
  • Abrogation de l’ordre infirmier,
  • Amélioration de nos conditions de travail,
  • Mise en place d’un véritable plan « Grand Âge » avec des moyens suffisants pour les salariés des EHPAD,
  • Défense de la Sécurité sociale,
  • Maintien de tous les régimes de retraites Non à un régime uniqu
  • Défense du régime d’assurance chômage.

Les travailleurs le savent. Si nous mobilisons secteur par secteur, nous serons incapables de mettre un coup d’arrêt à cette politique d’ensemble. Contre une politique d’ensemble, il faut une riposte collective, du privé et du public. L’heure est désormais à l’action syndicale. Discutons avec nos militants, nos adhérents, nos collègues pour préparer les conditions du rapport de force afin de faire entendre nos revendications et de stopper la mécanique infernale des mesures brutales du Gouvernement et du patronat.

L’Union Nationale des syndicats Force Ouvrière de la Santé Privée appelle les syndicats à se mobiliser dès à présent pour organiser, dans l’unité d’action la plus large possible, la journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne du 9 octobre 2018 par la grève et la manifestation.

RESISTER, REVENDIQUER, RECONQUERIR !

AU  S O M M  A I R E :

Edito p.01
F.E.H.A.P. C.P. du 05.07.2018 p.04
CABINETS MEDICAUX C.M.P. du 05.07.2018 p.06
C.N.I et C.P.N.E du 05.07.2018
F.H.P. C.M.P du 11.07.2018 p.09
UNIFED C.P.N.BASS du 11.07.2018 p.12

 

> Merci de vous connecter pour lire la suite

Les anciennes lettres

Novembre 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUILLET AOUT 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MAI 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
AVRIL 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MARS 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
FÉVRIER 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JANVIER 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
DÉCEMBRE 2015
> Merci de vous connecter pour lire la suite
NOVEMBRE 2015
> Merci de vous connecter pour lire la suite

Pages