Lettres aux syndicats

FEVRIER 2021

C’est par la mobilisation que nous forcerons ce gouvernement à répondre à nos revendications.

Cela fait maintenant une année que nous vivons au rythme de décisions gouvernementales, prises en lieu et place du parlement, par le Conseil de défense. Ces décisions ont un impact important puisqu’elles restreignent nos libertés. La loi d’urgence sanitaire a été de nouveau prorogée jusqu’au 2 juin 2021. Cela a permis au gouvernement, après nous avoir imposé un confinement strict de mars à mai 2020 et un reconfinement du 30 octobre au 18 décembre, la mise en place du couvre-feu à 18h, sur l’ensemble du territoire, avec dans le même temps des restrictions sur les rassemblements.

Les diverses projet de loi annoncé par le gouvernement ont pour objectifs la restriction des libertés et des droits des salariés. Le projet de loi sur la sécurité globale est une attaque, sans précédent, sur le droit à la liberté d’informer, à la liberté de conscience et au principe d’égalité. Et comme cela ne leur suffit pas, ils comptent ajouter deux décrets qui élargissent les possibilités de fichage des opinions philosophiques, religieuses, politiques et syndicales. Pour bon nombre de salariés, la situation devient pesante et de plus en plus de voix s’élèvent contre ces attaques de leurs droits et contre les privations de liberté.

Bruno Lemaire Ministre de l’Economie et des Finances déclare dans les médias qu’il faudra rembourser la dette constituée pendant la crise sanitaire. Pour lui, l’urgence est d’aller au bout de la réforme des retraites, réforme pour laquelle toutes les organisations refusent une quelconque ouverture de négociations. Ce gouvernement
multiplie les provocations. Ainsi, les chômeurs se voient accusés de ne pas rechercher
de travail de façon suffisamment active. C’est ce prétexte qu’utilise le gouvernement pour mettre en place la baisse des prestations à compter du 1er juillet 2021 dans une situation où il y a d’ores et déjà des centaines de milliers de licenciements et tout indique que cela va s’accélérer dans les prochains mois.

Il en est même pour les universités dont les enseignants sont accusés par Madame la Ministre VIDAL d’être des propagandistes « islamo gauchistes ». Cela pour masquer le fait que des centaines de milliers d’étudiants n’ont plus cours « en présentiel » depuis près d’un an et qu’ils sont jetés dans la précarité et dont bon nombre d’entre eux n’ont d’autres choix d’avoir recours aux associations caritatives.

Le 1er mars 2021, sur France 2, Olivier VERAN a annoncé un « élargissement» de la campagne de vaccination. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, le lendemain, déclare : « Avec la vaccination, on a une lumière qui va progressivement permettre, on l’espère, d’alléger la pression sur l’hôpital et donc de pouvoir alléger un certain nombre de restrictions. »

Manipulation et imposture à double titre.

Depuis des semaines, pour les personnes qui le souhaitent, se faire vacciner relève du parcours du combattant.

Le responsable de cette situation inacceptable, c’est ce gouvernement !

Le 5 mars 2021, le ministre Olivier VERAN a adressé un courrier à l’ensemble des personnels hospitaliers ainsi que ceux des EHPAD : « ...Aujourd’hui, près de 40% des personnels des EHPAD et 30% des établissements de santé sont vaccinés. C’est un chiffre encourageant mais qui ne progresse que trop peu... Je vous le demande, pour vousmême, votre entourage, les français. Si vous n’êtes pas encore vaccinés, faîtes le rapidement. Il en va de notre sécurité collective, et de la capacité de notre système de santé à tenir, .... » À partir de là, une large campagne de presse nauséabonde s’engage, visant à stigmatiser les personnels de santé qui sont rendus responsables de l’extension de la pandémie.

Comment Monsieur Olivier VÉRAN ose t’il nous mettre en cause aujourd’hui ?

En mars, avril 2020, Monsieur VÉRAN n’avait écrit aucune lettre.

À l’inverse nous avons bien compris les signaux de mépris à notre égard, comme par exemple, les restrictions pour la reconnaissance du covid en maladie professionnelle qui rend cette reconnaissance quasi impossible, une prime covid injuste et clivante, des médailles et un défilé servant la communication de tandem Macron-Véran.

Le Ministre ne nous a pas écrit aujourd’hui pour nous annoncer des embauches massives. Il ne nous a pas écrit pour nous annoncer qu’il stoppait toutes les restructurations, ni pour nous dire qu’il a pris la décision de ré-ouvrir les centaines de milliers de lits fermés ces dernières années. De même, il ne nous pas écrit pour nous annoncer l’ouverture massive des quotas en école d’infirmières ou d’aide soignantes, ni pour nous annoncer l’augmentation du nombre de médecins réanimateurs, ni pour nous assurer sa volonté de préserver et améliorer nos conventions collectives.

Aujourd’hui Monsieur Olivier VERAN a décidé de nous écrire et de nous provoquer en voulant nous rendre responsables de la propagation du Covid. Alors que durant des mois le Ministre et les employeurs nous imposaient d’être à notre poste malgré des symptômes alors que des clusters se multipliaient dans nos établissements, alors que nous devions nous faire tester régulièrement avec, à chaque fois, un reste à charge de plus de 2 €.

Cette nouvelle provocation du gouvernement suscite partout la colère et l’indignation. Non seulement, les salariés de la Santé Privée comme leurs collègues de la Santé Publique, font face aux conséquences de la pandémie avec un sous-effectif permanent de personnel. Mais aujourd’hui, ils sont désignés à la vindicte populaire, c’est inacceptable !

Partout les salariés refusent de baisser les bras et nous les aidons à s’organiser pour leurs revendications.

Plus que jamais, les salariés de la santé privée ont besoin d’une organisation syndicale indépendante pour porter les revendications. C’est dans ce contexte que les assemblées générales des syndicats FO se tiennent.
Et malgré les mesures de restriction, les adhérents sont présents massivement pour discuter de la situation et décider des actions à mener !

Il ne faut rien lâcher ! En ne lâchant rien, la quasi-totalité des agents de la fonction publique hospitalière ont obtenu le complément indiciaire de 183 euros du Ségur de la santé ! Dans un 1er temps le Ministre de la santé a cédé uniquement sur le secteur sanitaire, les EHPAD du secteur public et du secteur privé lucratif et non lucratif, puis la mobilisation a permis de faire reculer le gouvernement et d’obtenir l’extension des 183€ aux agents des EHPAD de la Fonction public territoriale, puis aux 20 000 agents des structures de la Fonction Publique Hospitalière liées à un établissement et aux SSIAD la Fonction Publique Hospitalière qui en étaient exclus.

Comme nous l’avons indiqué depuis le début, dans nombre de fondations, d’associations, l’obtention par certains salariés des 183.00 € et l’exclusion pour d’autres, va créer une situation intenable. Les Fédérations Employeurs en sont d’ailleurs conscientes et demandent au gouvernement d’appliquer les 183.00 € à compter du 1er septembre 2020. Le combat continu pour les 18 000 agents des établissements « autonomes » de la Fonction publique hospitalière et les 200 000 salariés du secteur privé non lucratif qui restent exclus.

Notre Union Nationale a pris l’initiative d’appeler à une première intersyndicale le mardi 16 février 2021. Étaient présentes la CGT Action Sociale, la CGT Santé Privée, la FNAS FO, notre Union Nationale ainsi que SUD santé sociaux.

Après avoir échangé, nous nous sommes mis d’ accord pour organiser la montée nationale à Paris le 8 avril sur un seul mot d’ordre : « 183 € pour tous ».

Depuis la CFTC et la CFE-CGC nous ont rejoint.

Une chose est certaine : si nous voulons gagner sur cette revendication essentielle qui permettra d’en obtenir d’autres, il faut sans attendre organiser les inscriptions dans les établissements, mettre sur pieds partout les conditions pratiques de la réalisation de l’unité des salariés avec FO, la CFE-CGC, la CFTC, la CGT et SOLIDAIRES.

D’ores et déjà, des actions avec grève et manifestations sont prévues en régions dans la semaine du 15 mars avec pour but de préparer une manifestation devant le ministère le 8 avril à Paris.

En parallèle, les médecins de la santé privée se sont mobilisés avec leurs syndicats, dont FO, pour obtenir la même transposition du « Ségur » que leurs confrères exerçant dans la fonction publique hospitalière. Leur combat a payé. Le 09 mars, le premier ministre annonçait leur revalorisation salariale.

La crise sanitaire ne saurait être l’arme du gouvernement pour remettre en cause le Statut de la fonction publique, les conventions collectives, pour poursuivre la destruction des services publics, pas plus que la dette sociale qui a été constituée pour y faire face ne doit être le moyen pour en finir avec la protection sociale collective.

Alors poursuivons, renforçons nos syndicats, revendiquons !

Et dans l’unité la plus large, donnons-nous les moyens pour préparer et organiser la manifestation du 8 avril à Paris pour gagner les 183€ pour tous les salariés de la santé privée.

Au sommaire :

La vie de nos syndicats p.02
Edito p.03
Appel Intersyndical pour les Exclus du Ségur p.05
Lettre Ouverte à Olivier VÉRAN p.06
Déclaration intersyndicale liminaire Conférence Salariale p.07
COMPTE-RENDUS DES COMMISSIONS PARITAIRES
- FEHAP, CPPNI du 02 Février 2021 p.09
-CABINETS DENTAIRES, Janvier-Février 2021 p.11

-SYNERPA, CPPNI du 02 Février 2021 p.13
Compte-rendu Conseil d’Administration OPCO Santé p.15

 

> Merci de vous connecter pour lire la suite

Les anciennes lettres

FEVRIER 2021
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JANVIER 2021
> Merci de vous connecter pour lire la suite
DECEMBRE 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
NOVEMBRE 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
OCTOBRE 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
SEPTEMBRE 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUILLET-AOUT 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN SPECIAL SEGUR
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MAI 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite

Pages