Lettres aux syndicats

Message d'erreur

  • Deprecated function : Function create_function() is deprecated dans views_php_handler_field->pre_render() (ligne 202 dans /srv/data/web/vhosts/unsfo.org/htdocs/sites/all/modules/views_php/plugins/views/views_php_handler_field.inc).
  • Deprecated function : Function create_function() is deprecated dans views_php_handler_field->pre_render() (ligne 202 dans /srv/data/web/vhosts/unsfo.org/htdocs/sites/all/modules/views_php/plugins/views/views_php_handler_field.inc).
OCTOBRE 2020

Et ça continue, encore et encore….

Depuis le mois de mars nous sommes confrontés à une pandémie liée à la COVID-19. Après une accalmie cet été, l’épidémie repart et touche actuellement l’ensemble du territoire. Dès le début, l’Union Nationale de la Santé Privée n’a pas cessé avec la fédération des Services Publics et de Santé d’interpeller le gouvernement pour que des mesures fortes soient prises pour augmenter les moyens dans tous les secteurs de la santé pour permettre aux professionnels de faire face à la pandémie dans les meilleures conditions.

Les leçons du premier confinement n’ont servi à rien !!!

L’accalmie de cet été aurait dû permettre au gouvernement de mettre en place les
mesures nécessaires pour se préparer à cette deuxième vague.
Les revalorisations salariales issues de la transposition du « Ségur » dans nos secteurs de la santé privée ne sont qu’une réponse partielle pour endiguer la désaffection des salariés envers les métiers du soin. Mais le manque d’engagement sur la pérennisation des financements ou le refus d’intégrer les salariés du médico-social engendrent l’effet inverse. Nombre de professionnels de santé quittent la profession. Pour un infirmier qui quitte son métier, il faut 3 ans au minimum pour le remplacer, pour un aide-soignant il faut un an !!!
Au lieu de renforcer les instances du personnel pour mieux protéger les salariés, le Gouvernement préfère légiférer pour mettre à mal le code du travail. Au lieu d’arrêter l’hémorragie des moyens dont est victime notre système de santé il préfère continuer à fermer des lits d’hospitalisation.
Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 impose encore
des centaines de millions d’euros d’économies.

Le Premier ministre a osé déclarer : « le meilleur moyen de soulager les hôpitaux, c’est de ne pas tomber malade. » C’est une véritable provocation, qui vise à faire peser la responsabilité de la situation sur la population et à dé¬douaner le gouvernement de ses responsabilités !
Pour cacher son incompétence, le gouvernement d’Emanuel Macron met à mal nos libertés et le droit du travail.
Le 24 octobre, l’Assemblée nationale a adopté une loi visant à proroger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au mois de février 2021. Encore une fois, sous des prétextes sanitaires, ce régime d’exception suspend les libertés publiques, interdit les rassemblements et permet au gouvernement de légiférer par ordonnances.
Dans un communiqué, la confédération FO proteste sur le fait que : « la prorogation de
l’Etat d’urgence sanitaire, jusqu’au 16 février 2021, reprenne les dispositions autorisant
le gouvernement à prendre par ordonnances toute mesure permettant de rétablir la possibilité de déroger, de façon unilatérale de la part des employeurs, en matière de jours de repos, de durée du travail, de repos hebdomadaire, de travail dominical. »
Faute des moyens nécessaires, Emmanuel Macron a été contraint le 28 octobre, à s’adresser de nouveau à la population pour lui annoncer un second confinement afin d’endiguer l’épidémie liée au coronavirus. Après avoir passé de longues minutes à culpabiliser les auditeurs,
il a annoncé une série de mesures à géométrie variable :
• Toute la population est assignée à résidence sauf pour se rendre sur son lieu de travail et aller à l’école.
• Tous les organismes chargés d’un service public restent ouverts ainsi que les secteurs dits « essentiels ».
• Il en est de même des écoles, collèges et lycées, mais pas des universités
• Par contre les petits commerces « non essentiels » et les bars et restaurants se voient frappés de fermeture administrative, ce qui a provoqué leur colère. Le journal « Les Échos » titre d’ailleurs ce 2 novembre : « Le petit commerce est entré en rébellion. »
• Le télétravail est la règle, et, selon la ministre du Travail, pourra être imposé.
• Une dérogation pour sortir de chez soi est mise en place.
Depuis le mois de mars, des milliards d’euros d’aide publique sont distribuées aux entreprises afin de les aider à surmonter les conséquences économiques de cette crise. Pour éviter les dérives du passé, FO revendique un conditionnement de ces aides et exige des contreparties, notamment en matière de maintien de l’emploi et des salaires.
Face à cette situation, l’Union Nationale de la Santé Privée appelle tous ses syndicats à rester mobilisés et à porter partout les revendications des salariés. Dans la dernière période, bon nombre ont démontré leur volonté de résister pour obtenir satisfaction. Nous ne devons rien lâcher ! Il faut se battre pour faire respecter la tenue des instances représentatives du personnel. Nous devons aussi continuer, par tous les moyens possibles, à réunir nos instances.
Comme lors de la première vague, l’Union Nationale de la santé privée ne restera pas confinée mais disponible pour l’ensemble de ses syndicats. Elle rappelle aussi à tous ses élus, à tous ses représentants, ainsi qu’à tous ses délégués que les restrictions de liberté ne peuvent se traduire par une restriction des déplacements et les invite à exercer pleinement leur mandat.

Nul ne peut confiner nos missions de défense des salariés, ni nos revendications !
Le Bureau de l’Union Nationale

Au sommaire
- Edito p.01
- HARMONISATION FHP-SYNERPA-THERMALISME CPPNI du 04.10.2020 p.03
- SYNERPA CP du 04.10.2020 p.06
- FEHAP CPPNI du 15.10.2020 p.07
FICHES PRATIQUES InFO.TPE
- n°5 : La Santré dans les TPE p.10
- n°6 : Connaître le droit qui vous est applicable p.12
- n°7 : La résolution des conflflits dans les TPE p.14

> Merci de vous connecter pour lire la suite

Les anciennes lettres

OCTOBRE 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
SEPTEMBRE 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUILLET-AOUT 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN SPECIAL SEGUR
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MAI 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
AVRIL 2020
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MARS
> Merci de vous connecter pour lire la suite
FÉVRIER
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JANVIER
> Merci de vous connecter pour lire la suite

Pages