Lettres aux syndicats

Message d'erreur

  • Deprecated function : Function create_function() is deprecated dans views_php_handler_field->pre_render() (ligne 202 dans /srv/data/web/vhosts/unsfo.org/htdocs/sites/all/modules/views_php/plugins/views/views_php_handler_field.inc).
  • Deprecated function : Function create_function() is deprecated dans views_php_handler_field->pre_render() (ligne 202 dans /srv/data/web/vhosts/unsfo.org/htdocs/sites/all/modules/views_php/plugins/views/views_php_handler_field.inc).
MARS

PAS QUESTION QUE LE GOUVERNEMENT ET LE PATRONAT
NOUS FASSE PAYER LA FACTURE

Cette crise sanitaire sans précédent a démontré brutalement aux travailleurs, les conséquences des politiques de destruction des services publics et des services de santé.
Ces Gouvernements successifs, qui pour répondre aux exigences de l’Union Européenne et aux milieux financiers, ont engendré une politique libérale conduisant, dans les hôpitaux, à la suppression de dizaines de milliers de lits, à la fermeture de milliers d’établissements et de services, à des suppressions massives de postes. Cette politique dévastatrice, nous prive aujourd’hui de moyens indispensables pour la prise en charge des patients dans le milieu hospitalier et des résidents dans le médico- social.

Jamais, le Gouvernement n’a voulu entendre nos revendications. Quil s’agisse des EHPAD, des services hospitaliers, des urgences, de la psychiatrie…, personne n’a répondu aux revendications des personnels de santé en grève. Voilà plusieurs années que nous alertons d’une catastrophe en cas d’événement grave ! En vain ! Puis la catastrophe est arrivée.

Souvenons-nous, lors des manifestations, une banderole, telle une prophétie disait : « L’état compte ses sous. On va compter les morts ».

Où est passée la réserve de masques ? Où sont les blouses ? Où sont les solutions hydro alcooliques ? Où sont les tests ? Que sont devenues les mesures prises pour gérer une pandémie ? Où sont les leçons tirées de la grippe H1N1 et de l’épidémie d’EBOLA ? Tout a été enterré pour réduire les déficits publics !

Durant des mois, la seule réponse que ce Gouvernement a su apporter aux justes revendications des personnels hospitaliers ont été les coups de matraques, les gaz lacrymogènes et les tirs de LBD. Aujourd’hui, Emmanuel MACRON les appelle « les héros » et demande de les applaudir !

Mais de qui se moque-t-on ?
Non Mr MACRON, nous ne sommes pas en guerre, nous sommes des soignants qui faisons notre métier avec les faibles moyens que votre Gouvernement met à disposition. Nous sommes exposés et mal protégé contre ce virus, au même titre que les salariés de la grande distribution, de l’agroalimentaire, du transport, les agents territoriaux etc…

Dès le début de la crise, ce Gouvernement nous ment ! Sur les masques, sur les tests, sur la prise en charge des résidents des EHPAD et de tous les lieux d’accueil médico-sociaux.
Dans un mélange d’affolement et de double langage criminel, le Gouvernement ordonne : « Restez chez vous, mais allez travailler ! » « Fermons les restaurants, mais renvoyons les enfants à l’école le plus vite possible ! » « Protégeons nos ainés, mais refusons-leur l’hôpital quand le besoin s’en fait sentir ! »
Et pour ceux qui vont travailler, royalement, le Gouvernement invite les entreprises, qui le souhaite, à verser une prime de 1 000, voire 2 000 euros !
Est-ce là le prix de la vie humaine ?
Refusons le vocabulaire guerrier, d’Emmanuel MACRON qui appelle à « l’Union Sacrée ». Encore une fois, nous savons depuis longtemps que « l’Union Sacrée », c’est toujours l’union contre la classe ouvrière.

Tous les jours, nous organisons les salariés pour obliger les employeurs à mettre en place les moyens de protection nécessaire. Le Président déclare l’état d’urgence et suspend les garanties de « l’État de droit » pour franchir un nouveau pas dans la voie de la destruction des libertés démocratiques et du démantèlement du Code du Travail.

Depuis l’adoption par le parlement de la Loi sur « l’urgence sanitaire » permettant de légiférer par ordonnances, le Gouvernement et le patronat, tentent de remettre en cause le Code du Travail, les Conventions Collectives nationales, les accords de branche et les accords d’entreprises.

Le Medef en rêvait, MACRON, sous prétexte de crise sanitaire, l’a fait !

Mais en quoi des mesures contre les salariés sont-elles nécessaires pour combattre le Coronavirus ?

Comme en 2008, face à la crise économique, le Gouvernement va injecter des milliards d’euros dans les entreprises pour leur redonner des « liquidités », financer le chômage partiel... Donc tôt ou tard, la question de savoir « qui va payer » se posera. Et c’est à ce moment-là que les patrons vont demander la prolongation des mesures qui pour l’instant ne doivent durer que jusqu’au 31 décembre 2020. Les salariés seront appelés à payer la facture, la fonction publique verra ses budgets diminuer...
Aux ordres des actionnaires, le Gouvernement fera tout pour poursuivre sa politique libérale. Il ne faut avoir aucune illusion sur ce qui se passera après cette crise.

Nous devons organiser la mobilisation des personnels soignants qui, face à l’incurie du Gouvernement, font fonctionner l’hôpital, font face à la maladie. La révolte qui s’exprime depuis des mois au sein de la classe ouvrière s’étend. Rejetant l’union sacrée, les salariés accusent le pouvoir et s’organisent. La colère monte face aux attaques et à la façon dont la crise est gérée.
Qui peut accepter de travailler en prenant des risques pour sa santé et celle de sa famille ? Qui peut accepter une telle remise en cause du Code du Travail ?

L’Union Nationale des Syndicats FORCE OUVRIERE de la Santé Privée n’attendra pas la fin du confinement pour porter les revendications ! C’est ce que font chaque jour nos syndicats pour que la santé et la sécurité des personnels soient assurées et pour préserver leurs droits. Non, nous n’attendons pas le « jour d’après » !
C’est maintenant qu’il faut aider les salariés à combattre l’incurie Gouvernementale, combattre les Lois et les ordonnances liberticides, imposer la fermeture des entreprises et services non essentiels et dans d’autres, imposer que toutes les mesures de protection soient prises.
N’attendrons pas le « jour d’après » ! Il sera peut-être trop tard !

NE METTONS PAS EN QUARANTAINE NOS REVENDICATIONS !

Au sommaire :

Edito p.01

- HARMONISATION
F.H.P./SYNERPA/THERMALISME
CPPNI du 26.02.2020 p.03
- Croix-Rouge française
C.P.N. du 05 Mars 2020 p.04
- F.EHAP
CPPNI du 12.03.2020 p.06
-InFO EFS p.09
-Circulaire Confédérale
Élections TPE : Quelques éléments
d’informations p.12
- Fiches Pratiques relatives aux
Ordonnances de la loi urgence
COVID 19 p.15

 

> Merci de vous connecter pour lire la suite

Les anciennes lettres

MARS
> Merci de vous connecter pour lire la suite
FÉVRIER
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JANVIER
> Merci de vous connecter pour lire la suite
DÉCEMBRE
> Merci de vous connecter pour lire la suite
NOVEMBRE 2019
> Merci de vous connecter pour lire la suite
OCTOBRE 2019
> Merci de vous connecter pour lire la suite
SEPTEMBRE 2019
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUILLET - AOUT 2019
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN 2019
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MAI 2019
> Merci de vous connecter pour lire la suite

Pages