Lettres aux syndicats

JANVIER 2021

BATTONS-NOUS POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS !!!

Voilà un an que la pandémie de la COVID-19 ne cesse de peser sur la vie quotidienne des salariés. La gestion désastreuse des gouvernements ne peut que soulever la colère et l’indignation.

Nous n’avons cessé, depuis des années, de dénoncer et de combattre la casse des services publics de santé par les fermetures massives de lits dans les hôpitaux, le numérus clausus des études médicales, les suppressions de postes, le saccage de la recherche, le blocage des salaires et les conditions de travail indignes qui font fuir les soignants.

En clair, la mise à mal, voir la destruction du système de santé et de la recherche.

Aussi, le gouvernement ne fait que nous mentir pour cacher le manque chronique de moyens dans nos établissements. Après la gestion calamiteuse des masques et autres moyens de protection, il y a eu celle des tests et aujourd’hui celle des vaccins. Cela a aussi contraint le gouvernement à recourir à des procédés moyenâgeux comme les confinements ou les couvre-feux.

La politique de ce gouvernement n’a qu’un objectif : diminuer le « coût » du travail, et les salaires des soignants sont partie intégrante de ce « coût ».

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) prévoit, l’an prochain, 4 milliards d’économies pour l’assurance maladie, dont 900 millions pour les hôpitaux. Quant aux suppressions de postes, elles se poursuivent, en pleine pandémie !

Depuis des années et encore plus depuis mars 2020, le gouvernement continue de distribuer et déverser des centaines de milliards aux financiers sans exigences de contreparties.

Dans le même temps, le gouvernement continue d’instrumentaliser la crise pour poursuivre cette politique. Il vient de prolonger la loi d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021. de plus il n’a pas renoncé à la réforme des APL qui commence à s’appliquer , à celle de l’assurance chômage. Aujourd’hui, le gouvernement n’a pas les moyens de remettre en chantier la réforme des retraites, mais il n’a pas l’intention d’y renoncer.

Et pour aller au bout de cette politique, après avoir essuyé le mouvement des Gilets Jaunes, le mouvement contre la réforme des retraites, le gouvernement renforce son appareil répressif et liberticide : il se dote d’une loi dite de « sécurité globale », de décrets pour renforcer le fichage de la population, fichage qui s’attaque à la liberté de se syndiquer comme de manifester et donc au syndicalisme libre.

Mais c’est sans compter sur la détermination des salariés, des agents de la fonction publique, qui chaque jour, avec leurs syndicats s’organisent pour défendre et faire aboutir leurs revendications.

Dans notre secteur, nous avons obtenu la transposition de la partie salariale du « Ségur de la santé » avec des compléments de salaires de 183€ dans les établissements sanitaires et les EHPAD de la ccn51 (FEHAP) et à la Croix-Rouge française. Dans le secteur lucratif l’augmentation est de 160 €. Nous poursuivons le combat dans le secteur lucratif pour que les patrons prennent en charge les 23 euros manquants. Même si nous nous félicitons de cette avancée historique, nous n’en demeurons pas moins mobilisés pour les secteurs social et médico-social, qui à ce jour sont toujours exclus du « Ségur de la santé ».

Malgré l’ouverture de négociations, à ce sujet, avec la commission LAFORCADE, rien n’avance.

Aujourd’hui, rien n’est prévu pour les salariés des Etablissements Français du Sang, rien pour les salariés des structures rattachées à un établissement public de santé et rien pour les salariés des SSIAD.

C’EST INADMISSIBLE !!!

Face à cette situation et à l’urgence de s’organiser pour défendre nos salaires et nos conditions de travail, l’heure n’est-elle pas à la préparation du rapport de force, dans l’unité, partout où c’est possible ?

Pour cela, l’instrument, c’est notre organisation syndicale.

Alors dès maintenant, tous les syndicats FO auront à cœur de réunir leurs instances, leurs adhérents, d’aller au-devant des salariés et des autres organisations syndicales pour construire la mobilisation la plus large. Avec pour mot d’ordre « 183€ pour tous », et par la grève si nécessaire, nous devrons aller porter, tous ensemble, nos revendications devant le ministère.

Cette pandémie ne nous fera pas taire !

Le Bureau de l’Union Nationale.

Au Sommaire

Edito p.01

SYNERPA - CPPNI DU 18.01.2021 p.03

HARMONISATION FHP-SYNERPA-THERMALISME - CPPNI DU 22.01.2021 p.04

DOSSIER TRANSPOSITION SÉGUR

- Déclaration liminaire aux négociations du 20.01.2021 p.07

- Communiqué du 27.01.2021 p.09

- Communiqué du 04.02.2021 p.10

DOSSIER ÉLECTIONS TPE

- Fiche pratique n°14 : Le Handicap dans les TPE p.11

- Les Élections TPE dans la Santé Privée p.13

> Merci de vous connecter pour lire la suite

Les anciennes lettres

JUILLET - AOÛT 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUIN 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MAI 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
AVRIL 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
MARS 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
FÉVRIER 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
Janvier 2017
> Merci de vous connecter pour lire la suite
Décembre 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
Novembre 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite
JUILLET AOUT 2016
> Merci de vous connecter pour lire la suite

Pages